>> FAIRE

:: CHAPITRES ::

Reine et Chevalier

Ulysse de banlieue

La vision

Sexe et spiritualité

Hétéro, bi ou homo?

Savez-vous Faire l'amour?

1. Fin de la Guerre

2. Le masculin sacré

3. Guérir par l'amour

4. L'amour bretzel

5. La démone

6. Complaisance ?

7. Extase

8. Qui éduque qui?

9. 1ère leçon

10. Sans imagination

11. Sortir du connu

12. Histoire cachée

13. La courtoisie

14. Graal et libido

15. Estime féminine

16. Vision et sexe

17. Pouvoir féminin

18. Pouvoir érotique

19. Servir le tout

20 La croix du sexe

21 Cinq mots ...

22. Dép. Affective?

23. No accusation

24 Au lit !

À suivre... dans ce livre:


:: LES LIVRES ::

Vient de paraître

Quand le couple SEXplique, le couple SEXtasie ...

"Ça réveille les femmes. Ça bouscule les hommes!"


Le Guerrier intérieur (GI)

G.I. Riche et conscient

Lexique du G.I.

Autres livres à venir


:: FAIRE ::

Préparez-vous !

Que se passe-t-il sur Terre?

Faire la lumière

Faire l'Amour

Faire avec la nature

Faire bien et mal

Faire avec Non-violence

Sociocratie: faire en  groupe

Faire peur (climat et 911)

Faire la démocratie

Faire de l'argent

La fin et les moyens

L'art du don


:: NOTRE VIE ::

ÊTRE

FAIRE

AVOIR


 
 


:: Faire avec inocuité ::

L’amour sans émotion… et sans fantasmes

Partie 7 : Extase.

Elle : Trois bougies allumées, assis dans le lit côte à côte, nous avons médité. Dans ma méditation, j’ai ressenti plein d’amour de la présence du Christ en moi. L’intensité était telle que j’en ai eu des larmes aux yeux.

Lui : Dans ma méditation, j’ai vaguement senti qu’il allait se passer quelque chose ce soir en elle et en moi après cette belle journée. J’ai demandé intérieurement d’être guidé pour avoir l’attitude juste, poser les gestes appropriés, sans prévision, sans retenue non plus.

Elle : Nous nous sommes ensuite couchés nus, l’un contre l’autre et nous avons commencé à nous caresser quelques instants. Il m’a ensuite pénétré doucement, comme d’habitude, avec seulement de très légers mouvements. Il m’a fait prendre conscience que mon corps était un peu tendu.

Lui : J’avais le goût d’aimer, au-delà de ce que j’avais été capable jusqu’à maintenant. J’ai ressenti ce sentiment plusieurs fois déjà avec elle, sans pouvoir me dépasser davantage. Notamment, j’avais remarqué que je n’osais pas toujours poser les gestes que je sentais quand ils étaient trop forts, intenses ou rapides. Je me voyais retomber dans de la sexualité sans conscience.

Ce soir, je me sentais doux, mon pénis immobile, bien au chaud au fond de son vagin. Puis, j’ai eu le goût de faire des mouvements et je me le suis permis. Je me sentais vraiment avec elle, en état d’amour, sans émotion, juste un profond respect, peut-être que je pourrais aller jusqu’à dire de la dévotion. Une dévotion pour la féminité qu’elle incarne. Pourtant, au bout de quelques mouvements, quelque chose n’allait pas. Je ne me sentais pas à l’aise physiquement. Il y avait de la tension chez elle que je ressentais dans la force de ses mains qui enserraient mes épaules. Je la sentais contractée. J’ai partagé mon inconfort et l’ai invité à se détendre, ce qu’elle fît tout de suite – elle est vraiment adorable et volontaire au point que si je voulais la résumer son attitude en un mot enjoué ce serait : « D’accord !»

Elle : Je me suis complètement abandonné à lui, et j’ai laissé mes bras tomber de chaque côté de mon corps. Puis j’ai senti ses mains prendre mon bassin, et me tenir fermement.

Lui : J’ai laissé son bassin reposer complètement dans mes mains et afin de l’aider, j’ai commencé un léger balancement de gauche à droite de plus en plus ample, jusqu’à ne plus sentir aucune résistance, jusqu’à ce que je sente que ses fesses, son bassin et son vagin soient si détendus qu’ils semblent détachés de son corps. Puis j’ai commencé un mouvement de pénétration circulaire de bas en haut, comme si j’étais une vague qui entrait puis se retirait après avoir glissé jusqu’au fond de son vagin. Je sentais mon énergie sexuelle forte, mais stable, sans expansion, malgré des mouvements de plus en plus intenses. Cette fois-ci, toujours en contact d’Amour conscient avec elle, je me permettais de me laisser aller.

Elle : Il faisait une sorte de vague en me pénétrant et j’avais l’impression d’être une fleur bercée au soleil. Il m’a rappelé de garder ma respiration souple et continue chaque fois que je la retenais un instant. Je ressentais de plus en plus de plaisir, sans aucun fantasme ni intention. Un plaisir bien différent de la sexualité animale que nous avions vécue lorsque nous avions joué à la proie et au prédateur, il y a deux semaines. J’étais tellement bien, en paix, en confiance.

Après quelque temps de délice, une grande émotion est montée. Il m’est très difficile de l’expliquer ou de la décrire. Je peux juste dire que c’est quelque chose que je n’avais jamais vécu, un Amour si grand, si fort, si puissant que je me suis mise à pleurer avec des soubresauts. Je me demandais ce qui se passait. Je ne comprenais pas. Comme si je pleurais de joie avec le sentiment de retrouver quelque chose ou quelqu’un que je n’avais pas vu depuis des années, des siècles mêmes. J’ai vécu cette expérience comme une grande extase d’Amour pur.

Lui : Tenant son bassin dans mes mains, la tête enfouie dans le creux de son cou et l’oreiller, je n’avais plus le contact de ses yeux si doux, si profonds. J’appliquais ma conscience à rester présent et je la sentais toute là. Mon plaisir était constant, sans montée incontrôlable. Je sentais le sien monter quand des soubresauts m’ont fait me redresser légèrement. J’ai tout d’abord cru qu’elle avait eu un orgasme et riait. Mais elle pleurait à chaude larme et j’ai voulu lui transmettre tout l’amour dont j’étais capable en la serrant dans mes bras. Quand les larmes finirent de couler, elle me regarda doucement et me chuchota : « Je dois le dire comme cela : « Nous voulons te remercier avec ce geste ». Et en le disant, elle posa la paume de sa main sur mon visage.

 

La suite... Qui éduque qui?


« Les gens qui avancent sur le chemin de la réalité sont ceux qui ont préféré laisser ceux de leurs amis qui désiraient demeurer dans le désert de l'illusion. »


Le Guerrier intérieur

guerrier@viiif.net

(514) 843-8377

Copyright © 2002      Le Guerrier Intérieur    Tout droits réservés.