>> FAIRE

:: CHAPITRES ::

Reine et Chevalier

Ulysse de banlieue

La vision

Sexe et spiritualité

Hétéro, bi ou homo?

Savez-vous Faire l'amour?

1. Fin de la Guerre

2. Le masculin sacré

3. Guérir par l'amour

4. L'amour bretzel

5. La démone

6. Complaisance ?

7. Extase

8. Qui éduque qui?

9. 1ère leçon

10. Sans imagination

11. Sortir du connu

12. Histoire cachée

13. La courtoisie

14. Graal et libido

15. Estime féminine

16. Vision et sexe

17. Pouvoir féminin

18. Pouvoir érotique

19. Servir le tout

20 La croix du sexe

21 Cinq mots ...

22. Dép. Affective?

23. No accusation

24 Au lit !

À suivre... dans ce livre


:: LES LIVRES ::

Vient de paraître

Quand le couple SEXplique, le couple SEXtasie ...

"Ça réveille les femmes. Ça bouscule les hommes!"


Le Guerrier intérieur (GI)

G.I. Riche et conscient

Lexique du G.I.

Autres livres à venir


:: FAIRE ::

Préparez-vous !

Que se passe-t-il sur Terre?

Faire la lumière

Faire l'Amour

Faire avec la nature

Faire bien et mal

Faire avec Non-violence

Sociocratie: faire en  groupe

Faire peur (climat et 911)

Faire la démocratie

Faire de l'argent

La fin et les moyens

L'art du don


:: NOTRE VIE ::

ÊTRE

FAIRE

AVOIR


 
 


:: Faire avec inocuité ::

L’amour sans émotion… et sans fantasmes

Partie 17 : Préliminaires… sur le pouvoir féminin.

La femme, cette déesse terrestre au service de l’Amour, me fait trop souvent penser à une sorcière aveugle sur un balai volant qui la dirige. Je m’explique dans ce texte un peu moins sexy, pour réfléchir sur les rôles sexuels !

J’observe et je me questionne. N’est-ce pas la tendance naturelle de l’homme que de pourvoir à sa famille, de la protéger et pour cela de se reproduire?

Ça fait un peu réactionnaire comme question sauf si l’on va un peu plus loin... ces trois fonctions, qu’il exerce aussi bien pour ses enfants que pour sa femme, n’impliquent pas que le mâle dirige quoi que ce soit hors de ces domaines. Elles ne lui donnent aucune autorité pour diriger ou inspirer la direction que le couple devrait prendre pour réaliser sa contribution à la communauté, car c’est le but de toute entité que de collaborer à l’entité plus grande qui la contient : la communauté contient la famille.

D’autre part, le rôle de la femme biologique n’est-il pas de donner et de protéger la vie, d’éduquer et de faire grandir? Si c’est le cas, elle a à exercer cette fonction d’abord avec son compagnon. Pas dans l’expression extérieure et formelle des choses qu’il maîtrise normalement, mais dans la face intérieure. C’est elle, ou plutôt le pouvoir féminin qui insuffle la vision et l’alignement intérieur. La femme fait grandir et éduque son compagnon avant même de le faire avec ses enfants. Lui réalise la vision.

Ainsi, il semble naturel, hors de l’ego évidemment qui y résistera, que l’homme suive l’intuition inspirante féminine en lui, mais encore plus celle de la femme qui l’a normalement plus développée. J’ai dit que l’homme suive. Je ne parle pas de la « domination » prônée par les gynarchistes. L’homme « forme » le monde qui l’entoure. La femme donne la vie. Et la vie en nous évolue dans des formes que nous appelons des corps (physique, émotionnel et mental). Or, dans l’ordre naturel de cette évolution, c’est la Forme (manifestation) qui obéit à la Vie et non le contraire.

Bien que nous soyons tous Yin et Yang, nous n’en avons pas moins des sexes qui portent différemment ces polarités. Cela est aussi vrai sexuellement où l’instinct « testostérien » devrait naturellement s’adapter au cycle lunaire féminin plus long. C’est ce que traduit maladroitement et avec beaucoup d’ego la pornographie où la « dominatrice » dure et exigeante occupe une place de plus en plus fréquente.

Comme tout ce qui est pornographique, ce fantasme mental d’origine masculine est aussi alimenté par le désir de la femme de se « faire obéir », déviation de son désir d’être entendu. Et comment se faire mieux entendre qu’en ayant la direction du couple?

Cette attitude d’autorité féminine de la femme provoque généralement, quand elle est affirmée, une réaction instinctive de subordination sexuelle chez l’homme. Deux raisons y contribuent : sa culpabilité des abus passés qu’il a perpétués sur la femme et la vulnérabilité à sa pression sexuelle. Sans cette dernière, un mâle civilisé n’aurait probablement pas la réaction de subordination, ni d’agression d’ailleurs. Il serait proche du bonheur total, dans un état équanimité face à ce qui est. Mais ce n’est pas le cas, tout au moins pour ce que je constate autour de moi.

Premier point : votre servant donc, comme tout homme, a besoin d’une dose de sexualité tous les uns à trois ou quatre jours en moyenne. Une dose ne veut pas dire forcément de coucher avec. Ça ne serait guère commode! Car le mâle biologique humain ordinaire est, en grande majorité, en demande de sexe de façon permanente. En fait, le seul instant où il ne l’est pas, c’est durant les quelques heures qui suivent un orgasme. Ainsi, harnacher une telle puissance ne se fait pas tout seul. Cela demande un peut de connaissance et une certaine discipline. Mais si c’est pour la fin de la guerre des sexes et la paix dans le monde…

Deuxième point : au début de cette réorientation du couple, la femme accepte de jouer avec son pouvoir féminin (même léger) souvent juste pour faire plaisir à son compagnon. Car c’est généralement l’homme qui propose le jeu. On pourrait le traiter de « souminateur », de « soumis dominateurs » qui cherchent à réaliser son fantasme de soumission, ce qui peut ne pas vous convenir. Mais, en tant que femme, si vous étudiez la question, vous admettrez rapidement qu’avec très peu d’efforts de votre part, vous allez en profiter énormément. Alors, saisissez les rênes (ou d’autres parties… ce n’est pas pour rien qu’existe l’expression « tenir par les couilles ») de votre couple et lancez-vous dans l’aventure.

Troisième point : hors la pratique de Faire l’amour de manière sacrée, la plupart des femmes ne veulent pas s’adonner au sexe aussi souvent que leur compagnon le voudrait. Il vous faut alors influencer psychologiquement son rythme. Vous devez juste faire un petit effort de jeu. Vous arriverez même à garder vos vêtements si vous voulez ! Et si vous jouez bien, ne serait-ce que quelques minutes par jour, il recevra sa dose de sexe psychologique (90% du sexe chez l’homme). Il sera heureux, vous aussi, et vous ne vous sentirez pas coupable de ne pas vous offrir à lui tous les jours. Voilà ce que peut donner l’usage du pouvoir érotique féminin que nous verrons dans la page suivante.
 

La suite... Le pouvoir érotique féminin (suite)


« La conscience d'amour n'est pas atteinte en aimant quelqu'un que nous aimons déjà, mais en apprenant à aimer quelqu'un que nous n'aimons pas encore. »


Le Guerrier intérieur

guerrier@viiif.net

(514) 843-8377

Copyright © 2002      Le Guerrier Intérieur    Tout droits réservés.