>> FAIRE

:: CHAPITRES ::

Reine et Chevalier

Ulysse de banlieue

La vision

Sexe et spiritualité

Hétéro, bi ou homo?

Savez-vous Faire l'amour?

1. Fin de la Guerre

2. Le masculin sacré

3. Guérir par l'amour

4. L'amour bretzel

5. La démone

6. Complaisance ?

7. Extase

8. Qui éduque qui?

9. 1ère leçon

10. Sans imagination

11. Sortir du connu

12. Histoire cachée

13. La courtoisie

14. Graal et libido

15. Estime féminine

16. Vision et sexe

17. Pouvoir féminin

18. Pouvoir érotique

19. Servir le tout

20 La croix du sexe

21 Cinq mots ...

22. Dép. Affective?

23. No accusation

24 Au lit !

À suivre... dans ce livre:


:: LES LIVRES ::

Vient de paraître

Quand le couple SEXplique, le couple SEXtasie ...

"Ça réveille les femmes. Ça bouscule les hommes!"


Le Guerrier intérieur (GI)

G.I. Riche et conscient

Lexique du G.I.

Autres livres à venir


:: FAIRE ::

Préparez-vous !

Que se passe-t-il sur Terre?

Faire la lumière

Faire l'Amour

Faire avec la nature

Faire bien et mal

Faire avec Non-violence

Sociocratie: faire en  groupe

Faire peur (climat et 911)

Faire la démocratie

Faire de l'argent

La fin et les moyens

L'art du don


:: NOTRE VIE ::

ÊTRE

FAIRE

AVOIR


 
 


:: Faire avec inocuité ::

L’amour sans émotion… et sans fantasmes

Partie 22 : Désapprendre la dépendance et l’indépendance affective

C’est un jeu qui se joue à deux. Il n’y a pas de dépendant affectif sans un autre qui joue à l’indépendant affectif. J’écris « joue », car ce n’est pas du détachement vrai, mais de l’indifférence simulée par peur de l’engagement, peur de perdre sa liberté.

Nous ne sommes pas parfaits, mais être conscient de nos imperfections développe la complicité et permet de prendre ensemble les décisions de ce que nous allons faire dans le lit, sans intention séparée. C’est une « observation clinique » de l’acte d’amour en même temps qu’un partage instantané du vécu, suivi d’un débriefing après l’expérience. Cette attitude permet la présence et on ne devient pas conscient inconsciemment.

Ce n’est peut-être pas romantique, mais cela conduit dans un espace où vous jetterez le romantisme - et le porno - comme un simple carton d’emballage du trésor que vous aurez découvert.

Désapprendre l’in-dépendance affective, c’est oublier cette isolation, yeux fermés, dans un silence ponctué de gémissements plus ou moins authentiques, émis ou entendus, où j’ai déjà fait l’amour. Certain parait ils font même cela dans le noir!

J’ai découvert qu’échanger constamment sur ce que j’observe comme sensation dans mon corps me maintient alerte et attentif au moment présent, avec elle. Partager inlassablement sur ce qui se passe de physique, pas sur nos émotions ou nos pensées, yeux dans yeux et réciproquement: « J’ai du plaisir à caresser ton épaule »; « Je sens une tension dans mon dos »; « Je ressens une chaleur qui grandit dans mon ventre »; « Je ressens un pétillement dans mon sexe », etc.

C’est ce contact avec ce que nous ressentons à l’intérieur de nos corps et non dans notre tête qui nous rapproche de l’autre dans l’acte d’amour.

Sortir de la dépendance affective sera d’autant plus facile que nous délaissons aussi l’excitation de l’autre. C’est le désir et de le perdre (ou des perdre la liberté) qui nous maintient dans cette dynamique. De plus, cette recherche des femmes à séduire et exciter l’homme est parfaitement contreproductive pour leur plaisir! Je m’explique :

Les femmes se plaignent souvent que le gars vient trop vite, mais font tout pour l’allumer. Ils embarquent alors ensemble sur le vélo tandem de l’amour; lui, devant, sûr de son affaire tellement il est excité, et se met à pédaler comme un fou; elle, à l’écoute de son équilibre, cherche à poser ses pieds sur le pédalier qui tournent déjà vite. Même si elle y parvient, elle sent soudain un brusque coup de frein :

- Ça y est, nous sommes arrivés.
- Mais… je n’ai même pas commencé à pédaler!

Ce n’est rien de le dire, la femme est moins rapidement excitable que l’homme! Mais cela lui donne une position qui va être d’un grand secours pour l’aider lui à garder basse sa température sexuelle.

Encore faut-il que la femelle en elle arrête de tout faire, même inconsciemment pour l’exciter : vêtement, pose, attouchement, caresse, etc., particulièrement si son compagnon à une forte libido avec un bâton de dynamite entre les jambes. Il ne pourra pas rester intègre et conscient et partira dans l’imaginaire. Pas forcement dans un gros fantasme, mais simplement en imaginant qu’elle va se déshabiller, qu’il va voir ses seins, son sexe, la pénétrer et jouir alors qu’elle est encore assise en face de lui devant un bon repas… mais qu’il sent son pied sous la table entre ses cuisses.

Voilà ce qu’est l’imagination et comment elle naît. Si nous choisissons ce chemin de l’amour, c’est un véritable sabotage à l’effort masculin d’être dans l’instant présent. Ce présent, c'est le repas et la beauté de sa femme en face de lui. Compagnes apprenez à maintenir la température basse de votre partenaire et excitez-le seulement pour qu’il ait le goût de vous s’il est trop… froid ou « indépendant ».
 

La suite... Oublions les accusations


« La motivation de l'amour vrai, c'est un désir passionné que l'objet aimé actualise pleinement sa propre perfection inhérente, indépendamment des conséquences pour celui qui aime c'est un état de service. » Stewart Emery


Le Guerrier intérieur

guerrier@viiif.net

(514) 843-8377

Copyright © 2002      Le Guerrier Intérieur    Tout droits réservés.