>> FAIRE

:: CHAPITRES ::

Reine et Chevalier

Ulysse de banlieue

La vision

Sexe et spiritualité

Hétéro, bi ou homo?

Savez-vous Faire l'amour?

1. Fin de la Guerre

2. Le masculin sacré

3. Guérir par l'amour

4. L'amour bretzel

5. La démone

6. Complaisance ?

7. Extase

8. Qui éduque qui?

9. 1ère leçon

10. Sans imagination

11. Sortir du connu

12. Histoire cachée

13. La courtoisie

14. Graal et libido

15. Estime féminine

16. Vision et sexe

17. Pouvoir féminin

18. Pouvoir érotique

19. Servir le tout

20 La croix du sexe

21 Cinq mots ...

22. Dép. Affective?

23. No accusation

24 Au lit !

À suivre... dans ce livre:


:: LES LIVRES ::

Vient de paraître

Quand le couple SEXplique, le couple SEXtasie ...

"Ça réveille les femmes. Ça bouscule les hommes!"


Le Guerrier intérieur (GI)

G.I. Riche et conscient

Lexique du G.I.

Autres livres à venir


:: FAIRE ::

Préparez-vous !

Que se passe-t-il sur Terre?

Faire la lumière

Faire l'Amour

Faire avec la nature

Faire bien et mal

Faire avec Non-violence

Sociocratie: faire en  groupe

Faire peur (climat et 911)

Faire la démocratie

Faire de l'argent

La fin et les moyens

L'art du don


:: NOTRE VIE ::

ÊTRE

FAIRE

AVOIR


 
 


:: Faire avec inocuité ::

faire l'amour de manière sacrée

Savez-vous faire l'amour ?

Moi non.

Personne ne m’a appris. Bon, je sais faire un enfant, ça oui, même quand je ne veux pas. Mais faire l’amour, je ne sais pas, même quand je veux de tout mon cœur.

J’ai cru que les femmes savaient. J’ai voulu apprendre avec plusieurs compagnes. Elles étaient peu loquaces sur le sujet et en guise d’amour j’ai rencontré malentendus et souffrances. Ho! Je n’étais pas le seul : l'une ou l'autre des parties des couples que je connaissais, parfois les deux, se sacrifiaient soit dans une abstinence généralement masculine, soit dans une suractivité sexuelle non désirée, souvent féminine. À se demander si « faire l’amour » n’était pas simplement un terme romancé, inventé par les hommes pour séduire les femmes et augmenter la fréquence des actes de « reproduction de l’espèce ». Et puis j’ai trouvé une piste, perdue dans la gamelle tantrique, du « Chemin de l’extase» et de la « la célébration sexuelle », en passant pas « Faire l’amour de manière divine ».

J’ai compris que les femmes que j’ai « compagnonnées » intimement ont complètement perdu le sens de ce que c’est que faire l’amour depuis qu’elles ont « acheté » la sexualité masculine de performance et la course à l’orgasme. Comme les hommes en général et moi en particulier l’ignorons aussi, l’Amour est dans de beaux draps !

Dans la pratique à deux, j’allais d’échec réussi en échec réussi. J’ai éteint petit à petit mes désirs, avec succès je dois dire. Ho! Je n’ai pas beaucoup de mérites : l’un après l’autre, une fois accomplis, ils me laissaient dans l’insatisfaction. Je suis ainsi arrivé à un point sans désir… et sans aucune motivation !

J’ai alors aimé une femme… sans désir, durant 7 ans. Nous ne faisions que rarement l’amour. Aucun attrait physique l’un pour l’autre. Pour tout le reste, c’était l’accord parfait, une merveille. Pur plaisir, pas une dispute, du rire et une complicité à créer une fission nucléaire. Elle a fini par ouvrir les yeux et voir qu’on ne faisait pas vraiment un couple et elle est partie. J’étais d’accord avec elle, une dernière fois.

Et la question est ressortie : qu’y a-t-il de si important dans la sexualité pour que son absence puisse balayer tout le reste du bonheur ? J’avais déjà eu cette interrogation il y a 20 ans, lorsque ma femme, la vraie selon les registres, est partie après cinq ans et deux enfants en disant : « Je n’ai plus de plaisir dans la relation. »

Je suis allé d’expérience en expérience, chacune de quelques années, et cela n’a fait qu’éliminer les solutions que j’espérais. Je me dupais moi-même, croyant chaque fois découvrir une piste qui menait à me séparer de l’autre… d’une façon différente. Nos egos tenaient à avoir raison, sans le dire ouvertement, cachés derrière une apparente bonne volonté à changer.

À l’évidence, je ne savais pas aimer. Aimer ne s’apprend pas contrairement à ce que je croyais entendre des bouches féminines. Le peu d’amour véritable que j’ai pu exprimer est survenu quand plus rien ne s’est mis en travers de sa route. Quand il n'y a plus eu d'activité de « moi qui désire parvenir à un résultat ». Cela non plus ne s'apprend pas. Ça se pratique petit à petit et je comprends tellement lentement que j’ai encore essayé de faire l’amour dernièrement.

Ce n’est pas la question elle-même – sex or not sex – mais ma façon d’aborder le problème qui est important. Lorsque je pensais « faire l’amour », tout était bon pour me fuir moi-même, avec ou sans érection, orgasme ou non, dans un sens ou dans l’autre sur le ruban à mesurer le plaisir et la souffrance. Faire l'amour ne s'apprend pas. C'est comme aimer. Cela survient quand on arrête de faire et de vouloir.

Faire l’amour, pour la femme, c’est une délivrance. C’est lui permettre de mettre au monde les énergies les plus subtiles qu’elle porte, et ces énergies sont « Amour pur ». Mais elle n’y arrive plus, faute d’un compagnon aimant, sinon à travers ces trésors d’amour que sont les enfants. Car ouvrir ce coffre au trésor prend une clé. Cette clé, c’est le pénis de l’homme. Et depuis 12000 ans, il ne sait plus s’en servir.

J’ai retrouvé cette clé. Mais lui redonner vie est lent. Il y a tellement à désapprendre, tellement de tension et de vouloir à dissoudre. J'en ai eu un aperçu dernièrement. Le chemin vers l'extase a été ouvert, mais pour une courte durée : toucher à ces états d'être est consumant pour l'ego. La relation est en convalescence pour grandes brûlures. Durées de guérison ? Indéterminée. Les larmes sont cicatrisantes. Je partagerai une prochaine fois les deux « erreurs » qui me sautent au visage maintenant. J’étais pareil à l’école : je comprenais la leçon seulement lors de la correction de l’examen que je venais de rater. Heureusement que nous ne sommes pas sur Terre pour avoir des résultats, mais pour grandir en conscience.

 

La suite... La fin de la guerre des sexes

 


« 4. Nous sommes alignés sur les mêmes buts fondamentaux, même si nos styles d'action sont différents. »

Entente pour une relation saine


Le Guerrier intérieur

guerrier@viiif.net

(514) 843-8377

Copyright © 2002      Le Guerrier Intérieur    Tout droits réservés.